Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saison 2020-2021

 

 

 

Plans d'entraînement

 

Archives

Publié par R109

C’est fait..  Paris-Versailles et  son  parcours de 16,3 Km avec la  célèbre côte des Gardes (2 Km et des passages à 12%), la traversée des forêts de Meudon, Chaville, Vélizy et Viroflay et enfin son arrivée face au château de Versailles. Par cette magnifique journée nous étions près de 25 coureurs de Route 109 à participer, et malgré quelques problèmes d’organisation cette année (vestiaire au départ, bousculade en début de course et chronométrage à l'arrivée pour certains) tout le monde a pu terminer sa course. Voir quelques photos ici.
Voici les résultats de Route 109 : 

Nom, prénom Catégorie Temps Classement Class. catégorie
BENAYCH Olivier    VH1 01:18:47 2972 / 17638   961 / 4630
BONNAUDET Laurent    VH1 01:24:55 10266 / 17638   1932 / 4630
BRIDIER Geneviève    VF2 01:49:56    14254   379 / 538
BURILLON Jean-Philippe    VH1 01:18:17    2837   913 / 4630
CHAUSSIN Nathalie    VF1 01:32:09    8279   324 / 1085
COLTIER Bernard    VH2 01:25:30    5446   776 / 2444
DURAND Sophie    VF1 01:22:40    4273   82 / 1085
GEOFFROY Angelina    VF1 01:26:46    5982   151 / 1085
GIRARD Laurent    VH1 01:15:12    2025   544 / 4630
LAFFITTE Sandrine    SF 01:50:41    14442   1056 / 1304
MATHIEU Jean-Claude    VH3 01:37:29    10819   312 / 599
MONTEIL Didier    VH1 01:23:47    4813   1728 / 4630
POP STEFANOV Dominique    VF2 02:00:50    16369   471 / 538
REY Jean    VH1 02:00:38    16368   4573 / 4630
REY HERNANDEZ Josefa    VF2 01:28:58    7019   64 / 538
RUINART Mathias    SH 01:10:37    1177   402 / 6504
PRSKAWIEC Bruno    VH1 01:36:36    10862   3670 / 4630
DE CONIHOUT Roland    VH3 01:32:03    8273   226 / 599
BAUVINEAU Laurent    VH1 01:27:34    7840  2388 / 4630
RIVET François        
BOUCAUT Véronique        
REY Françoise        
MATHIEU Marilyn        
COUSIN Marielle        
BEN ASSAIA Sophie        

Commenter cet article

Dominique 09/10/2007 08:40

Paris Versailles - 1ère (Clap)

Les courses, c’est comme les bateaux, on les regarde longtemps de loin et puis un jour on se met à l’eau…7h30 Je ne retrouve sur le quai du RER que 5 vaillants représentants de Route 109 sur plus de vingt participants. Les autres tiennent compagnie aux chauffeurs qui allaient déposer les voitures à Versailles avant la course. (Sont-y pas mignons ?)
L’accueil se fait au pied de la Tour Eiffel et 2h avant le départ, des excités s’échauffent déjà, en se passant de la pommade. Chiqué ! Ils anticipent une graaaande épreuve. Celle qui m’attend est plus originale et a lieu avant l’officielle : Nous avons réussi à nous regrouper malgré la foultitude et nous attendons patiemment dans les starting blocs lorsque dame nature se rappelle à mon souvenir « Trop tard » m’explique-t-on. « Je peux pas, je veux sortiiiir » Et alors là, j’ai droit à mon bizutage : Marylin sort de sa poche un tube de plastique dans lequel elle me fait entrer, je passe au ras du bitume ou je découvre avec stupéfaction que les bouteilles qui jonchent le sol ne sont pas pleines de boisson énergétiques ! Et mon retour à l’air libre est salué par des cris de - joie ??? Voilà mon tableau d’honneur : les filles pourront raconter à nos futurs petits enfants que pour fêter son demi-siècle, mamy est allée s’exprimer devant 22 000 spectateurs au pied de la tour Eiffel. Après quoi la course elle-même ne sera plus que du…pipi de chat.
Tout le monde s’égaille au départ. Jean va rejoindre un peu Louloutte et Marylin qui sont quelques pas devant moi et reviendra gentiment me chercher tout au long du trajet. Au 1er panneau noir on lit 2Km – Jean me dit : « Ca ne doit pas être pour nous, on vient à peine de partir » Erreur compréhensible, les quais c’est plat plat plat (Branly, Grenelle, Issy, Pdt Roosevelt, Stalingrad), seuls les fanfares et les ponts (Bir Hakeim ; Mirabeau) mettent un peu d’animation : arrivés sous ceux-ci 21 000 farfelus se mettent à crier en résonnance pour profiter de l’écho « OOhé on n’est pas fatiguééés Hééoh ». Ce que c’est que l’instinct grégaire… Au 2ème panneau noir 4Km – jean me dit : « Ah si, c’était ça »
3ème panneau noir 6Km – Début de la cote des gardes – Je ralentis (Si si, c’est encore possible). Jean me dit : « Continue à courir mais fais de tous petits pas » Puis il me quitte pour aller soutenir Louloutte, j’en profite bassement pour marcher dans la montée, tant pis si on me double, et je suis bien récompensée puisqu’en arrivant en haut de la cote on atteint les bois. Je respire enfin et entre-temps je me suis requinquée avec les oranges du ravitaillement.
4ème panneau noir 10Km – J’ai dû rater les autres panneaux, me dis-je en pensant à Mathias et Laurent franchissent la ligne d’arrivée. Des touristes nous disent qu’il n’y a plus que de la descente -les gueux- on franchit pourtant trois côtelettes. Je suis bien échauffée à présent et j’accélère dans les descentes. A 11 km –Sophie et Angelina franchissent la ligne d’arrivée. A côté de moi un handicapé continue son bonhomme de chemin avec sérénité. Leçon.
5ème panneau noir 13Km – Josépha et Nathalie franchissent la ligne d’arrivée. A 14 km j’ai trop mal aux pieds et je marche. Jean m’attend sous le pont SNCF et marche un peu avec moi. Jean Claude et Geneviève franchissent la ligne d’arrivée.
15Km : 1er boudin, il est blanc et annonce l’arrivée – Pour faire honneur à l’équipe nous recommençons à courir. Louloutte et Marilyn viennent d’arriver. 2ème boudin noir 16Km – On arrive plan plan aux pieds du château, sans bien comprendre ou se trouve le bip d’arrêt. Jean galamment me laisse passer devant (louloutte, tu as tiré un bon numéro). Comme les bœufs à l’abattoir, des grilles nous canalisent, nous conduisent et nous trient jusqu’aux distributeurs de goodies (sont gentils les petits scouts). Arrivés à Sydney (Pas au bout du monde, pas encore, juste notre point de rendez-vous) ils sont tous là, même ceux qui ont du nous attendre ¾ d’heure. Merci les loulous. Smack Smack ça vi ça va Voili voilà ??
Midi seulement, la journée est à peine commencée, on va pouvoir faire encore plein de choses... Quand je pense qu’il y a trois ans je trouvais que la boulangerie du bout de la rue était trop loin.

PAULA 01/10/2007 21:15

moi aussi j'ai envoyé un mail aux organisateurs, mais je ne veux garder que le meilleur de cette journée : le soleil et sa douce chaleur encore, nos rires toujours, la chance inespérée d'être ensemble sur la ligne de départ, la simplicité de nos liens qui autorise quelques laisser aller vitaux..., la joie de voir rentrer tout le monde à l'arrivée sans soucis, jipe dans la côte magique pirate, bref du route 109 pur jus ( hi hi ) comme nous aimons le vivre et le faire vivre.

Jean 01/10/2007 19:10

Ouh la la, il est remonté notre Mathias et cela se comprend. J'ai moi aussi écrit un mail à l'organisation (Françoise également de son côté), car à l'heure qu'il est six d'entre nous n'ont pas encore de résultat sur le site officiel. Et comme le dit Mathias, ils ont du attendre plusieurs minutes pour passer la ligne d'arrivée. C'est du jamais vu. Je retiendrai tout de même le sourire de la plupart d'entre nous après la course et la bonne humeur générale.

Mathias 01/10/2007 17:47

Le coeur lourd...
J'ai le coeur lourd depuis que j'ai franchi la ligne d'arrivée de cette médiocre course qu'a été ce Paris Versailles.
Je suis dégouté qu'il y ait eu des problèmes d'organisation. Je me sentais super bien et j'aurais pu grignoter des minutes en plus sur mon temps. Vraiment je ne suis pas satisfait, et hier je n'ai pas porté ma médaille car elle ne représente rien pour moi. J'ai l'impression de ne pas avoir fini cette course, j'ai un très, très gros goût d'inachevé... Bref je suis super déçu. Hier soir dimanche, j'ai écris un mail à l'organisation (toujours sans réponse). Je vous le transmets ci dessous:

Quelle tristesse...
Je suis dégouté (comme beaucoup de personnes autour de moi) de l'organisation de cette course... Je n'ai pas vu les différentes vagues de coureurs prévues au départ. On était donc tous au meme endroit au meme moment et lorsque le chemin se rétrécit...on ralentit. Il a fallu courir de droite à gauche, de gauche à doite, sauter sur un trotoir, redescendre, accélérer, ralentir... Tout cela car les vagues n'ont pas existé...ou du moins pas au début (j'ai franchi la ligne de départ vers 10H15). C'est chiant et ça fait perdre du temps.
Ce fût donc la galère pendant la course jusqu'au kilomètre 9. Après ce fût un peu mieux et encore... Auparavant même la coté des gardes etait pleine...
Je ne recommanderai donc pas votre course à des amis.
Après une interruption en 2006, j'attendais beaucoup mieux de l'organisation. Et le fait que ce fût la 30ème édition n'a été visible nul part...sauf sur les affiches!!! quel dommage de ne pas avoir de tee shirt souvenir de cette course (il y en a eu en 2005)... il y avait quand meme des sponsors pour cela... le tee shirt aurait pu (dû???) remplacer un des sac à dos offert... quelle est l'utilité de nous avoir donné deux petits sacs à dos??? Surtout qu'ils ne servent à rien vu ce qu'il y a dedans (le dossard, la puce et de la pub ou une pommme, deux sucres et une barre de céréales!!! Quand j'ai vu le sac à l'arrivée ça m'a bien faire rire!!!)
Un autre point noir...l'arrivée!!! bon cela ne m'a pas concerné mais a concerné beaucoup de mes amis coureurs... comment cela se fait il qu'ils aient dû s'arreter avant la ligne d'arrivée???
je me demande bien qui a eu la mauvaise idée de mettre le stand pour enlever les puces si pres des tapis d'arrivée??? pourquoi les scouts qui enlèvent les puces ne les gardent t ils pas??? pourquoi doit on encore passer par un stand pour donner notre puce. Je pense qu'il y a beaucoup de choses à revoir. L'édition 2005 à laquelle j'ai participé ne m'avait pas du tout laissé cette impression. Là je suis super dégouté... Avoir payé pour ça...
Une autre chose, je pense qu'il serait bon aussi de limiter l'eau aux points de ravitaillement!!! quel gachis, mais quel gachis!!! alors que nous sommes à un moment où l'on parle de sauvegarde de l'environnement et des ressources naturelles!!!
Bref vous l'aurez compris cette édition me laisse un gout d'inachevé. Et je ne suis pas le seul dans ce cas là. Outre le fait que ma performance aurait pu etre meilleure, il n'est pas acceptable que ce qui est prévu ne soit pas réalisé (vagues au départ) et pas non plus acceptable que les coureurs qui arrivent vers 12h doivent patienter à l'arrivée.
Je ne reviendrai sans doute pas sur cette course tant elle m'a dégouté. C'est bien la premiere fois que je ne suis pas du tout satisfait après une course. Je n'ai meme pas porté ma médaille tant elle n'a aucune valeur à mes yeux.
Voilà...
Bon vent...
Et amélioré vous!!! il y a du boulot!!!
Pourquoi ne pas faire des sas au départ en fonction du temps que l'on pense mettre??? Pourquoi ne pas respecter ce qu'il y a marqué sur la feuille de présentation et sur le site (à savoir les vagues au départ)??? Pourquoi ne pas limiter le nombre de participants???
Voilà de bonnes pistes de travail je pense...
J'ai aussi découvert à ma grande surprise que la course ne faisait que 16 km et plus 16,4km...

En attente d'une réponse de votre part...
Numéro de dossard: 15447


Allez chers amis de route 109, je vous laisse.
Votre compagnie m'a été tres agréable...comme toujours.

Mathias

Jean 01/10/2007 15:09

Chers amis, nous ne reviendrons pas sur les traces laissées par certaines sur le macadam (et sur nos pompes) au départ de ce Paris Versailles. Merci à Louloutte de nous avoir permis (après une queue de 45 minutes aux vestiaires/camionnettes) de nous frayer un chemin sur plus de 300 mètres à travers des milliers de coureurs enragés à l’idée de se faire doubler par une dizaine de peau d’orange, tout ceci pour voir s’accroupir deux de nos spécimens déguisés en sac poubelle.
Passons aux choses sérieuses : que de monde, trop sans doute (d’où l’envie pressante pour certains), par cette belle journée pour participer à cette course mythique qu’est le Paris-Versailles. Et le moindre que l’on puisse dire c’est que tous les coureurs de Route109 ont rempli pleinement leur contrat qui était de finir cette course proprement et même avec des temps canons pour certains. Comme quoi la préparation pendant les entrainements a porté ses fruits.
Bravo encore à tous pour votre course.