Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saison 2019-2020

 

 

 

Plans d'entraînement

 

Archives

Publié par R109

Vent de secteur nord à nord ouest, mer agitée, 3 à 4 beaufort, c'est le NORoît de la Rochelle. Collés serrés dans notre SAS le froid océanique fait sensation. Nous attendons le coup de fusil d'ici 15 minutes...

Notre QG était situé à Chatelaillon à quelques encablures de la mer. Repérage du lieu, remplissage du frigidaire, préparation du dîner, l'équipe est au complet, le groupe vit bien ! La partie de nouille approchant, il est temps de discuter de la stratégie de course. L'objectif est très clair : nous franchirons la ligne d'arrivée ensemble, c'est tout. Nous souhaitons courir 4heures. 

A table ! 
Les diverses hypothèses sont évoquées aux quatre coins de cette table ronde. " Que fait-on si l'un d'entre nous faiblit, lâche ? ", " Et si un lièvre trébuchait ", " Et si l'un d'entre nous se sentait pousser des ailes ? ", stop aux hypothèses ! Les givrés ont l'œil du tigre, celui qu'on a quand ne peut que franchir cette ligne ensemble, parce qu'il le faut par ce qu'il ne peut pas en être autrement.

... Boum c'est parti
Emmitouflés dans nos sacs poubelles découpés et confectionnés par des doigts de fées, nous  retirons l'armure à quelques mètres du départ. Du monde, beaucoup de participants, des passages étroits, nous avançons mais nous nous guettons surtout. Ne pas se lâcher, ne pas se perdre, pas maintenant les gars ! Attention pavés à l'approche de l'aquarium. RAS, nous continuons de filer. Alex se détache légèrement, serait-ce l'hypothèse n°12 ? Fausse alerte, la troupe est là et bien là, compacte, un quart de la distance est déjà effectuée. Déjà ! Les givrés prennent congés de la loi de l'attraction. Les 5 paires de pieds ne touchent pratiquement plus le sol. En fait, il manque une paire de pieds. La paire greco-bretonne de Christophe est plus loin derrière, mais sa paire avait annoncé la couleur, elle ne pourrait pas tenir les 5'40"/kilomètre nécessaire. Continuons sans Christophe, il sera au delà des 4 heures (hypothèse  n°1).

Semi en vue  !
Coach Thierry est facile, la force tranquille c'est lui. Pierre est solide, avec sa foulée unique. Alex, où est-il Alex ? Gardons un œil sur l'homme de l'Atlantide, c'est son premier. Il semble bien, a l'aise. Arnaud est en balade, il aime prendre son temps. Nous sommes dans le plaisir, l'unique plaisir de ne pas trop souffrir, d'apprécier comme il se doit l'environnement, l'ambiance, les coureurs et spectateurs et surtout d'échapper à la dictature de la Garmin. 

21 à 26 km les premières fatigues se font sentir. Notre machinerie Suisse tiendra-t-elle ? Ravito km 25, Alex fait une halte, Arnaud attend, il le relance, ça repart mais la maudite Garmin annonce un franchissement au delà des 4 heures. Nous sommes trois devant avec coach Thierry et l'ami Pierre, un œil dans le rétro, pas l'ombre d'un maillot 109 en vue. Alex aurait-il craqué ? Besoin de s'arrêter précipitamment pour un besoin quelconque ? Nous ne savons pas. Nous ne savons rien. Mais l'objectif c'est 4 heures un point c'est tout, un point c'est nous.

Poussant la machine afin de revenir à notre hauteur, Arnaud nous fait le point sur la situation... Nous sommes encore 4 paires de pieds à pouvoir le faire. 31, 32, 33, 34 km Pierre s'accroche et lutte. Le givré est un solitaire solidaire avec les autres, mais solitaire, souffrant de ses propres douleurs. Le saint Pierre est dans son domaine de lutte, comme un givré sans aile. Nous l'aiderons, nous le pousserons à tour de rôle, nous le délivrerons du mal. 36 à 40 km notre coach Thierry avance plus doucement, la fatigue se lit sur son visage mais le doute lui, ne se voit pas.

La force tranquille !
Avec l'ami Arnaud devant, nous matons nos 2 sages via nos déhanchés et retournements à 180°. Nous ne sommes plus que 2 paires de pieds givrés. Puis, nous l'avions annoncé discrètement au cours de la veillée, 3h59 et quelques micro secondes ça aurait de la gueule ! Les endorphines produites font effet, nous haranguons la foule, nous chantons, nous crions,  nous tapons des mains, les 2 derniers kilomètres sont fantastiques. Nous sommes 2 fous euphoriques. Vouloir que cela dure encore, après 40 kilomètres, c'est nouveau comme impression. Pas de souffrance, pas de lutte particulière. Le marathon plaisir ou "Profiter" prend tout son sens.

3h57 nous stoppons net ! Bras dessus bras dessous nous sommes une paire de givré a deux pas de la ligne. Nous attendons. Pierre, Thierry, Alex, Christophe ou êtes-vous ? 3h 59'24" nous décidons de franchir la ligne. Nous restons figés derrière elle. Travail accompli avec un sentiment mitigé. Il devrait y avoir 2 paires en plus...

Un cavalier qui surgit hors de la masse, court vers l'arrivée... Son nom il le signe d'un "P". Notre saint Pierre arrive. 4 heures et des micro secondes ! Encore des micro secondes plus loin, Thierry passe aussi. Quelle merveille ! 4 paires de pieds givrés sur 6 en 4 heures ! Bonheur inouï !

Bravo et merci tout le monde. Nous félicitons Amine, croisé au détour du vestiaire à l'arrivée et frigorifié. Etienne et son duo. Alex qui va repartir pour son 2ème marathon très bientôt... à moins qu'il se lance dans le strip-pool ou son talent est grand ! Christophe qui a perdu le contrôle de son genou au 27eme, mais qui a joué un rôle essentiel, celui du givré jaune. Et puis que dire d'Anne-Sophie, pardon, Madame Rémy... Applaudissements !

Commenter cet article

Caro 1 29/12/2018 17:52

Quel récit ! Fort joliment écrit !
Nous pouvons tous sentir alors le plaisir de courir mais aussi donc celui d'écrire...
Un peu la "tête et les jambes" !!! Impressionnant..
Bravo à vous tous (et toute) pour cette belle aventure humaine et sportive que nous avons vécue à distance et un peu par procuration !
J'adore votre équipe de choc qui sait nous faire sourire et rire, à défaut de pouvoir, à vos côtés, courir ....

Coach Thierry 27/11/2018 22:41

Bravo pour ce marathon plaisir et ce fut un plaisir de le partager!

Pierre 27/11/2018 20:52

Il n'y a rien à ajouter !! j'ai encore du travail pour atteindre la prestance de la foulée d'un Arnaud ou le style parfait de Javier :-)

Arnaud 27/11/2018 18:07

Le givré est fort !!! Superbe récit qui résume bien le wk... bravo Javier !!!

Amine 27/11/2018 17:50

Superbe récit. Bravo les Givrés et surtout l'auteur de la prose !!!!

bernard 27/11/2018 16:40

Pour savoir combien il y a de givrés, c'est fastoche, tu comptes les pieds et tu divises par deux .
Bravo pour cettd course solidaire-taire et ce récit fleuve
Mettez vous au sec