Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saison 2019-2020

 

 

 

Plans d'entraînement

 

Archives

Publié par R109

Il est venu, il a vu, il a vaincu. Eh oui, un de plus à ROUTE 109. En effet, par ce dimanche chaud et ensoleillé Joël a rejoint le club des finishers des mythiques 42,195 km en mettant brillamment fin à 3 mois d'enfer d'un entraînement très souvent solitaire même si ce fut dur à partir du 33ème km. Parti prudemment avec les meneurs 4h15 et malgré ses difficultés légitimes de fin de premier marathon, il a atteint son objectif en brisant d'entrée la barrière des 4h15' avec un temps de 4h14'07". Sur l'instant, il jure qu'on ne l'y reprendra plus à ce genre de grosse " plaisanterie " mais c'est toujours ce que l'on dit la première fois.

Mais il n'était pas tout seul dans cette folie runnistique car deux aguerris l'accompagnaient, à savoir Amine pour son 3ème marathon et Pierre notre Stakhanov des courses. Tous les deux battent largement leur record d'environ 15' pour Pierre et Amine améliore de 24 minutes son temps par rapport à son premier essai. La fin de course s'est terminée sans trop d'encombres pour lui mais les jambes étaient trop lourdes pour tenter une accélération. Quant à Pierre il flirte avec les 4h15' malgré une fin plus compliquée à partir du 33ème km en raison de crampes.

Vives félicitations à eux. Place à la grosse récup cette semaine pour tous les trois.
A noter par ailleurs que les champions du tour de lac le weekend ont brillé puisque Hassan Chahdi améliore de 5' son chrono à son 2ème marathon avec 2h10'20" et les Antony Athlétisme Thomas Rouyer et Xavier Bignon (vainqueur du semi d'Antony 2016) finissent respectivement en 2h44 et 2h38 (16km/h- 96ème).

Voilà, le marathon 2017 à ROUTE 109 est lancé avec panache et les royannais et poitevins n'ont qu'à bien se tenir en relevant le challenge, certes dans des environnements beaucoup plus respirables.

En attendant les récits, vous trouverez ci-dessous les résultats de nos marathoniens :

Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)
Marathon de Paris 2017 (résultats)

Commenter cet article

Joël 11/04/2017 15:22

C'est juste 42 KM
Dimanche 9 Avril -- 9h40, Départ du SAS Gris

Hailé Gebresselassie le disait dans l'équipe il y a quelques jours "Pour son premier marathon, il ne faut ne pas se dire que c'est trop long. C'est juste un 42 kilomètres. Il ne faut pas penser « je dois finir » mais seulement apprendre la distance.". Et voila c’est donc parti, plus que ces quelques 42 km pour enfin clôturer ces semaines d’efforts et de doutes.

Contrairement au Semi de début mars le beau temps est au rendez vous et la ville est magnifique ce matin. Les premières foulées sur la plus belles avenue du monde sont très agréables et rassurantes, je prends même la pose pour les photographes à la Concorde. Le jardin des Tuileries, le Louvre dépassés un familier T-shirt Orange m’apparait au loin, Thierry & Josefa sont là et m’accompagnent sur quelques foulées pour me rappeler l’essentiel, chercher l’ombre, s’hydrater et ne pas s’emballer. Bastille se présente déjà, il est temps de contrôler l’allure, c’est très légèrement en avance mais pas l’enflammade habituelle que j’ai tellement redoutée.

Cap sur Vincennes, l’arrivée dans le bois se fait toujours sans encombre, les jambes tournent bien, je suis concentré sur ma respiration. Le passage au 11eme à l’heure de course est toujours très légèrement en avance sur le tempo prévu mais l’écart est stable. Quelques échanges avec Luigi et Super Mario puis Superman plus tard et le KM 20 est déjà en vue. La foule est très présente sur Daumesnil et donne de la voix, c’est super agréable d’entendre son prénom hurler par des inconnus :)

C’est déjà la mi-course, un bon ravitaillement et je prends le temps de qq étirements. Le rythme est correct, le coeur et le souffle sont toujours là, les jambes ne montrent aucune faiblesse ou douleur, c’est bien la première fois après un semi … Tous les signaux sont donc au vert pour cette deuxième partie de course. Ces quelques instants m’ont paru une éternité, je rebranche la musique pour m’isoler et retrouver le bon tempo et c’est reparti pour ce second semi. Les premiers hectomètres sont difficiles avec ce nouveau passage à Bastille mais la machine repart. J’engage les quais les yeux rivés sur le chrono pour stabiliser mon rythme fait d’à-coup depuis ma reprise. Notre Dame est là, magnifique sous le soleil, le Louvre à nouveau, la Caisse des Dépots - toujours ce petit pincement au coeur en passant devant mon ancien bureau - et la Tour Eiffel au loin, la ballade est belle, j’en oublierai presque la chaleur … Le manque d’éponge commence à faire des dégâts et je vois de plus en plus de gens très mal en point.

Le Trocadero dépassé je me cale à droite pour être sur de pas rater les renforts. Thierry & Josefa sont là tous les 2 ! Génial ! Je suis assez fier d’arriver encore à leur parler après ces presque 3 heures de course, ils me donnent quelques nouvelles d’Amine & Pierre et renouvellent les bons conseils - cherche l’ombre, hydrate toi etc... Très inquiet KM 31 puis KM 32 je me prends à demander à Josefa « mais c’est quoi ce fameux mur des 30 ? », « en vrai c’est quoi les signaux/symptômes à surveiller » et là, ben il arrive le mur ... et c'est vraiment au pied du mur qu'on voit le mieux le mur … c’est le début de l’enfer … dites 33 … la montée de la porte d’auteuil … j’en suis réduit à marcher quelques instants pour achever la montée qui m’a littéralement asphyxié…

Thierry me fait reprendre le pas de course « km 34, on est au 35 dans qq minutes, allez » étonnamment cette grosse ficelle marche, la foulée se rallonge et les jambes repartent mais malheureusement pour qq instants seulement. Les segments pavés qui nous font entrer dans le bois de Boulogne me font naitre d’atroces douleurs dans les pieds, je me cale dans la foulée de Josefa pour en terminer au plus vite mais cette impression désagréable me poursuivra bien après la course … « Débranche le cerveau et cours » Je comprends enfin cette expression du dimanche matin… Ravitaillement pris, objectif KM36 les jambes sont dures, les pieds sont très douloureux et la tête ne suit plus vraiment et je me contente de suivre ces 2 maillots Route109. Je vois Thierry revenir vers moi et d’un coup, gros voile noir. Impossible de me souvenir de quoi que ce soit pour de très longues minutes.Je ne sais par quelle magie, je « reprends conscience » en entendant Thierry m’annoncer « c’est le 40eme t’y es presque, l’arrivée est à la tour » … la course avait continué … les jambes sont de plus en plus dures et les pieds sont devenus lourds et brulants…

KM 41 route de Suresne, Josefa toujours prévenante me dit encore de bien respirer que l’arrivée est proche, c’est la dernière ligne droite. Je rassemble le peu de force qu’il me reste et essaye de ressembler a un coureur, j'inspire fort, je tire sur les bras, j’essaye de penser à bien faire tourner les jambes. Thierry et Josefa m’encouragent encore et encore mais sont contraints de s’arrêter, c’est bien dommage ils méritent tout autant que moi de passer la ligne.

Porte Dauphine, plus que quelques foulées, je dois y arriver c'est proche mais tellement loin. Les gens situés le long du parcours sont tous formidables ils tapent sur les panneaux pour donner du rythme nous encourager. Je vois l’arche verte… L’arrivée est là … Je franchis la ligne … et je m’écroule envahis par tellement de sensations contradictoires entre la souffrance et le bonheur, de souvenirs de ces dernières semaines.

Les douleurs physiques sont encore trop présentes pour que puisse vraiment vous remercier tous de m’avoir permis de relever ce défi insensé mais Elena, Thierry, Josefa & Amine sachez que c’est grâce à vous que j’y suis arrivé.

Joël.

Ps : ce premier marathon c'est bien plus que "juste" 42 km pour moi

Roland 11/04/2017 09:51

Bravo aux 3 marathoniens, et particulièrement à Joel pour son premier.Saches que tous les coureurs te le dirons, quand on cours ce genre d'épreuve on se dit toujours :" qu'est ce que je fous là", et à la fin :"plus jamais..." serment d'ivrogne (!), et on se retrouve à fêter son énième marathon.. Donc bonne chance pour le suivant...

Christophe L 10/04/2017 09:17

Bravo à tous les trois. Vous pouvez être fiers. A bientôt de pour de nouvelles courses mais en attendant reposez vous un peu.

Béa 09/04/2017 22:41

Félicitations pour ces belles performances!
Bonne récup et à très bientôt

bernard 09/04/2017 22:17

Salut mon gars

Bienvenue au club :-)
Et bravo à tous les 3 pour ce tir groupé

Xavier 09/04/2017 21:54

Votre victoire est belle et certainement riche d'enseignements...
Trois fois bravo & bon repos à venir.

Laurence 09/04/2017 21:39

Chapeau bas à tous les 3, qu'est-ce que je vous envie de l'avoir fait !

Joelle et Christian 09/04/2017 21:17

Bravo à vous trois. Que des belles perfs et surtout être allé jusqu'au bout.
Bon repos maintenant.

Bernard 09/04/2017 21:12

SUPER ! Surfe sur ton nuage, accroche une étoile à ton T. Shirt. Repose toi et prends ton temps pour reprendre. Bienvenue au club !

Arnaud 09/04/2017 20:07

Félicitations à tous surtout sous cette chaleur !!!
Maintenant repos bien mérité !

Florence 09/04/2017 20:07

Bravo à vous trois ! Et tout particulièrement à Joël pour son premier marathon ! Bienvenu au club !
Reposez vous bien (oui Pierre tu peux te reposer un jour ou 2).